G.A.V. - Conséquences des réseaux sociaux sur les entreprises

1. Formation du personnel

Face à la quasi-indispensabilité d’utiliser l’outil formidable que représentent les réseaux sociaux, les entreprises sont obligées d’avoir recours à des changements dans leur méthodes de travail, dont la principale est d’habituer ses membres à l’intérêt de ces réseaux et de former son personnel dans les départements qui devront les utiliser quotidiennement.

Pour se faire, les entreprises peuvent avoir recours à plusieurs méthodes :

  • Faire appel à des intervenants externes qui formeront le personnel dans le cadre de conférences ou de formations. Le personnel concerné sera initié d’une manière très professionnelle et complète mais cela représente un investissement important pour l’entreprise.
  • Enseigner l’E-learning : actions de formation interne à l’entreprise, plus lente que la méthode précédente mais qui coûte beaucoup moins d’argent à l’entreprise. Ce peut être un groupe d’employés plus « intéressés » que les autres, qui ont fait des recherches sur les réseaux sociaux en autodidacte, qui vont enseigner à leurs collègues la finesse de cet outil.

L’E-learning est une méthode de communication interne qui se fait par le biais de réunions régulières, par exemple à un rythme hebdomadaire. Les entreprises ayant beaucoup d’employés dans plusieurs villes voire pays différents peuvent avoir recours à cette méthode via des vidéoconférences. Le public visé regroupe en général les cadres supérieurs, les DRH, les gestionnaires, les directeurs Ventes & Marketing, les responsables du service à la clientèle et les membres de la communication interne.

2. Modification du comportement des entreprises

L’avènement des médias sociaux a fait naître de nouvelles activités et en a enrichi d’autres au sein des entreprises. Ces réseaux sont les plus exploités dans les départements marketing des entreprises, ce qui a un impact sur le changement de mentalité des décideurs marketing. Une étude montre que près de 70 % d’entre eux se concentrent de plus en plus sur les médias sociaux pour leurs communications externes ; ils estiment que les activités marketing sur les médias sociaux représenteront un quart des budgets marketing en 2013.

Concernant le recrutement, il est désormais très fréquent pour les DRH (ou autres managers) d’aller consulter les informations concernant un candidat au recrutement sur les réseaux sociaux, qu’elles aient été postées par le candidat en question ou par une autre personne. Une étude réalisée par le site CareerBuilder en Allemagne en 2009 a montré que 45% des employeurs recherchent le profil Facebook de leurs futurs collaborateurs. Il arrive aussi que les employeurs découvrent des propos diffamatoires mis en ligne par des employés après leur recrutement qui mettent en doute l’image de l’entreprise ou qui attaquent directement un supérieur hiérarchique ou un collègue, et amènent à une sanction de l’employé en question.

Face à ces risques de rupture de la confidentialité et pour la sécurité de leurs données, les entreprises intègrent des dispositions légales particulières dans leurs chartes réglementant l’usage des outils informatiques, voire s’ils ne peuvent l’empêcher, encadrent très finement leur utilisation dans des « chartes d’utilisation des médias sociaux ». Celles-ci rappellent aux salariés leur obligation de loyauté inhérente au contrat de travail (qui doit être respectée sous peine de sanction, comme doivent l’être les clauses de confidentialité signées par des prestataires externes).

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

venenatis, ipsum mattis suscipit ante. ut pulvinar Aliquam